9/28/2016

Quatre filles et un jean : le dernier été d'Ann Brashares

Quatre filles et un jean : le dernier été d'Ann Brashares
Après leur première année loin de chez elles, à l'université, Carmen, Tibby, Bridget et Lena ont chacune des projets différents pour l'été : Carmen participe à un festival de théâtre. Persuadée de n'être bonne qu'à s'occuper des décors, elle est la première surprise lorsqu'elle se fait repérer pour ses talents d'actrice. Mais Julia, sa nouvelle amie, semble tout à coup bien distante... Tibby reste au campus à New York pour suivre un séminaire d'écriture de scénarios et file le parfait amour avec Brian, jusqu'à ce que... tout se complique. Bridget part en Turquie sur un chantier de fouilles archéologiques. Elle tombe sous le charme de Peter, trente ans, marié, père de famille... Lena suit un atelier de dessin en compagnie d'un élève particulièrement doué et plutôt beau garçon, Léo, qui pourrait bien lui faire oublier Kostos...

Phew ! Cette lecture a été une vraie épopée ! Bon d'accord, j'exagère. Mais quand même, j'ai mis 11 longs jours à lire ce livre ! 9 jours pour lire la première moitié et 2 jours pour le reste. Autant vous dire que j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire ! Mon erreur a été de lire les quatre tomes pratiquement à la suite. Cette série est sympa mais pas suffisamment pour être lu d'une traite. Du coup, avec ce 'dernier' tome, je commençais sérieusement à saturer. Mais je suis têtue et je voulais absolument finir la série avant que l'automne débarque...

"Parents were the only ones obligated to love you; from the rest of the world you had to earn it."

Je me suis beaucoup ennuyée pendant ce dernier tome, donc. Certains passages m'ont fait tellement lever les yeux au ciel qu'ils ont failli sortir de leur orbite. Je pense surtout aux passages avec Tibby. Ce qui lui arrive est exactement ce qu'il se passe quand deux gamins décident de coucher ensemble sans savoir vraiment ce qu'ils font. (Merci l'éducation sexuelle inexistante dans les écoles et les mauvais parents.) En plus, Tibby est une des filles que je préfère et ses réactions m'ont un peu énervé. Bon, les autres filles aussi m'ont énervé. Elles ont presque 19 ans et sont toujours aussi immatures. A chaque fois qu'on pense qu'elles prennent un peu de plomb dans la cervelle, elles régressent. Frustration.

Même si au final il ne s'est pas passé grand chose et que je me suis demandée plus d'une fois quel était l'intérêt de ce quatrième tome, j'ai quand même apprécié cette lecture. La fin, surtout, m'a réchauffé le cœur et mis le sourire aux lèvres. Elle apporte aussi une vraie conclusion à cette série. Et puis, encore une fois, j'ai trouvé que le style de l'auteur s'était amélioré par rapport aux tomes précédents, ce qui est un plus, évidemment.

"Some people fall in love over and over again while some people can only do it once"

Au final, Quatre filles et un jean était sympathique du début à la fin. Je ne sais pas si je lirai un jour la sequel mais, j'ai passé de bons (et de moins bons) moments avec ces quatre tomes et je ne regrette pas de les avoir lu. C'est le plus important, n'est-ce pas ?

4/5

9/26/2016

C'est lundi, que lisez-vous ? #28

C'est lundi que lisez vous

C'est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane (la bannière provient de son blog). Il s'agit de répondre à trois petites questions : Qu'ai-je lu la semaine passée ? Que suis-je en train de lire en ce moment? Que vais-je lire ensuite ?

***

Ma lecture de la semaine précédente :

Puzzle de Franck Thilliez

J'ai terminé l'été et commencé l'automne avec Puzzle, un thriller qui m'a complètement retourné le cerveau. J'ai savouré ma lecture. (Oui, je suis à la bourre dans mes chroniques, mais je préfère continuer à poster 2/3 articles par semaine et en avoir d'avance pour parer aux éventuelles pannes livresques et/ou d'internet. #organisation)

Ma lecture en cours :

Une putain d'histoire de Bernard Minier
« Au commencement était la peur… »
Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit… Le début d’une « putain d’histoire ».
Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on.
Quand la peur gagne, la vérité s’y perd…



Un autre thriller avec Une putain d'histoire. Je trouve que le genre se prête bien à la saison, pas vous ?

Ma prochaine lecture:

Six of Crows #2, Crooked Kingdom, Leigh Bardugo

Le tome 2 de Six of Crows, Crooked Kingdom. Amazon me dit qu'il n'arrivera chez moi que le 5 octobre mais, j'ai envie de croire qu'il arrivera avant. Je l'espère de tout mon coeur en tout cas !

Et vous, que lisez-vous cette semaine ?


Articles de la semaine précédente :

9/23/2016

More Happy Than Not d'Adam Silvera

In the months after his father's suicide, it's been tough for 16-year-old Aaron Soto to find happiness again--but he's still gunning for it. With the support of his girlfriend Genevieve and his overworked mom, he's slowly remembering what that might feel like. But grief and the smile-shaped scar on his wrist prevent him from forgetting completely.
When Genevieve leaves for a couple of weeks, Aaron spends all his time hanging out with this new guy, Thomas. Aaron's crew notices, and they're not exactly thrilled. But Aaron can't deny the happiness Thomas brings or how Thomas makes him feel safe from himself, despite the tensions their friendship is stirring with his girlfriend and friends. Since Aaron can't stay away from Thomas or turn off his newfound feelings for him, he considers turning to the Leteo Institute's revolutionary memory-alteration procedure to straighten himself out, even if it means forgetting who he truly is.
Why does happiness have to be so hard?


Je vous préviens tout de suite, j'ai lu More Happy Than Not en novembre 2015 et il m'a bouleversé donc cette chronique risque de partir dans tous les sens. Gardez l'esprit ouvert ! ;)

More Happy Than Not a parfois été comparé à Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers et c'est vrai qu'ils ont des thèmes communs (suicide, homosexualité, amour, etc) mais l'histoire n'a rien à voir ! Ce livre c'est la vie ! Pas celle du monde des Bisounours, la vraie vie. Celle qui fait mal, qui nous pousse à bout, mais qui parfois nous fait sourire aussi. Ce livre il a brisé mon cœur en mille morceaux et près d'un an après ma lecture, il m'arrive encore d'y penser...

"It’s okay how some stories leave off without an ending. Life doesn’t always deliver the one you would expect."

Qu'est ce qui fait de ce livre un presque coup de cœur ? C'est un tout en fait. Malgré la petite touche de science fiction (à la Eternal Sunshine of the Spotless Mind) très très peu présente, l'histoire est hyper réaliste. C'est surtout ça dont je me souviens, le réalisme. Tout est tellement vrai, tellement sincère. Je ne m'attendais pas à ça. Je pensais lire un YA comme tous les autres avec des moments déprimants et une fin à vous filer des caries. Je n'aurais pas pu plus me tromper !

Pourquoi je n'ai pas mis 5/5 sur Goodreads ? Et bien je ne m'en souviens pas ! C'est peut être à cause de la fin. Je voulais désespérément une happy end ! Malheureusement, les happy end dans la vie n'existent pas. Le tout est de faire du mieux qu'on peut avec ce qu'on a et d’être 'more happy than not' comme le titre le dit. Et puis, c'est les moments difficiles qui nous permettent d’apprécier les bons moments. Alors oui, la fin m'a brisé le cœur et non ce n'est pas vraiment un happy end, mais ça ne finit pas mal pour autant. C'est 'bittterweet' comme ils disent, MAIS il y a aussi une note d'espoir. C'est un happy end, sans en être un. (Incompréhensible ? Je sais. Il faut le lire pour comprendre ^^)

"If the blind can find joy in music, and the deaf can discover it with colors, I will do my best to always find the sun in the darkness because my life isn't one sad ending"

En bref, j'ai adoré More Happy Than Not. C'est un de ces livres qui une fois lu reste avec vous pour toujours. Si vous comprenez l'anglais, ne passez pas à côté de ce petit bijou ! Pour les autres, j’espère qu'il sera traduit un jour.

4,5/5

9/21/2016

Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven ♥

Theodore Finch veut en finir avec la vie.
Violet Markey est dévastée par la mort de sa soeur.
Ils se sont rencontrés sur les toits du lycée au bord du vide, et c'est ainsi que leur histoire a commencé. Ce n'est qu'ensemble qu'ils arrivent à être eux-mêmes...
Tandis que le monde de Violet s'épanouit, celui de Finch ne fait que rétrécir. La magie de leurs jours parfaits pourra-t-elle les sauver ?


Je sais que tout le monde a lu et chroniqué Tous nos jours parfaits, mais je tenais à écrire quelques mots sur un de mes plus gros coups de cœur de 2015 et ce même si je l'ai lu il y a bien longtemps (janvier 2015 pour être exact, woah ça remonte !) Il fait parti de ces livres que j'ai aimés au point d'avoir envie que le monde entier le lise ! Et pourtant, je ne pense pas qu'il soit fait pour tout le monde... Impossible d'apprécier ce livre à sa juste valeur si on ne peut pas s'identifier aux personnages et il est difficile de le faire si on ne comprend pas leur situation. En gros, je pense qu'il faut soit soi-même souffrir d'une maladie mentale, soit bien connaitre le sujet pour pouvoir apprécier pleinement l'histoire. (Bien sûr, ce n'est que mon avis.)

"It's my experience that people are a lot more sympathetic if they can see you hurting, and for the millionth time in my life I wish for measles or smallpox or some other easily understood disease just to make it easier on me and also on them."

A la base, j'ai voulu lire Tous nos jours parfaits parce qu'il était comparé à Eleanor & Park et Nos étoiles contraires, deux livres que j'adore. J'attendais donc beaucoup de ce roman et je n'ai pas été déçue ! C'est très bien écrit, c'est frais, drôle, triste, terriblement triste... On y parle de maladie mentale et de suicide (joie !). Des sujets délicats, donc, et je trouve que l'auteure a assuré ! Elle a traité ces sujets de manière très réaliste. Les gens qui ne voient rien ou ne comprennent pas les maladies mentales et donc jugent ou pensent que le souffrant invente ou exagère sa maladie ? C'est tellement ça dans la vraie vie ! Et les personnages sont juste super. C'est rare que je m'identifie à un personnage autant que je me suis identifiée à Finch. Il est si... vivant (étrangement)! Je me suis énormément attachée à lui. Bien plus qu'à Violet, même si elle aussi était un très bon personnage. Ces deux-la se rencontrent alors qu'ils pensent tous les deux à mettre un terme à leur vie. Un projet scolaire va ensuite les rapprocher et les faire voyager à travers leur état.

"The thing I realize is that it's not what you take. It's what you leave."

Il y a quand même un tout petit point négatif, c'est que l'histoire traîne un peu en longueur par moment. Mais rien qui gène vraiment la lecture. Il y a aussi une autre raison qui fait que ce livre n'est pas fait pour tout le monde. Comme je l'ai dit, il traite de sujets sensibles et peut donc être difficile à lire pour certains. Quoi qu'il en soit, si vous décidez de le lire, prévoyez les mouchoirs !

En bref, un énorme coup de cœur pour ce roman et surtout pour Finch !

5/5

9/19/2016

C'est lundi, que lisez-vous ? #27

C'est lundi que lisez vous

C'est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane (la bannière provient de son blog). Il s'agit de répondre à trois petites questions : Qu'ai-je lu la semaine passée ? Que suis-je en train de lire en ce moment? Que vais-je lire ensuite ?

***

Ma lecture de la semaine précédente :


Déjà, merci à Camille et/ou Marine du Puy des livres et à Junko pour les recommandations livresques la semaine dernière. Vous êtes au top !
Sinon, j'ai enfin terminé Le dernier été ! (Pile à temps pour l'automne qui est arrivé une semaine en avance ici *danse de la joie*) Phew ! J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire. Mais globalement, Quatre filles et un jean est une série sympa. 

Ma lecture en cours :

Accepteriez-vous de mourir... dans un jeu ?
Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa.
Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu'il arrive, rien de ce que vous allez vivre n'est la réalité. Il s'agit d'un jeu.
Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L'un d'entre vous va mourir.
Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir.
Paranoïa peut alors réellement commencer...

Je vous le disais la semaine dernière, en ce moment j'ai envie de thrillers ! Je me suis plongée dans Puzzle que j'aime beaucoup pour le moment. 

Ma prochaine lecture:


Un autre thriller. Sauf si je change d'avis d'ici là ou si le tome 2 de Six of Crows arrive plus tôt que prévu. L'espoir fait vivre...

Et vous, que lisez-vous cette semaine ?


Articles de la semaine précédente :